Impressions de Nuremberg, récit de voyage

Texte et photos Valérie Penven

lorsqu’on songe à Nuremberg, on peut bien sûr cliquer sur Wikipedia et découvrir que cette ville industrielle d’un peu plus de 500 000 habitants est située dans le sud de l’Allemagne, dans la région verdoyante de la Franconie, le pays des cerisiers… on peut aussi avoir quelques flashs sur son passé tristement célèbre. en réalité on ne sait pas grand chose. Primeur est donc donnée à Couleur Nice Riviera, qui m’a dépêchée là-bas, pour vous rapporter quelques nouvelles de notre ville jumelle.

Esprit d’un jumelage historique En 1954, encore meurtrie par les bombardements ayant détruit 97% de ses infrastructures, Nuremberg, en pleine reconstruction, pansait ses plaies… Comme tous les pactes d’alliance conclus après 1945, le jumelage de Nice et Nuremberg portait le voeu d’une Europe pacifiste, libre et unie ; prônant les échanges de la jeunesse et une meilleure connaissance de nos cultures pour empêcher qu’une telle abomination se reproduise jamais. Ainsi le 20 octobre 1954, les maires de Nuremberg, Nice, Venise, Locarno et Bruges se réunirent en Concile à Venise. De ces cinq jumelages, celui conclu avec Nice fut le plus actif. Johann Lépine, alors maire de Nice, invita les villes à assister au Carnaval, proposa la publication d’un petit journal trimestriel, tandis qu’Otto Bärnreuther, la maire de Nuremberg, évoquait l’idée d’échanges d’appartements pour les couples en lune de miel ! De maire en maire, le jumelage a traversé ses hauts et ses bas. en 2014, le jumelage fêtait ses 60 ans d’amitié.

Sur la piste de dürer

« Un homme ignorant ressemble à un miroir non poli. » Albrecht Dürer (1471-1528) Albrecht Dürer est la super star de la ville. il est partout et nulle part à la fois. ici en statue, là en effigie. on le cherche dans sa maison près du château, vers les remparts. La Maison d’Albrecht Dürer résista aux bombardements mais pas aux différents propriétaires… seules, la cuisine et ses insolites toilettes, dernier luxe octroyé à Dürer sur la fin de sa vie, sont d’origine. le reste est une reconstitution fidèle. on peut aussi marcher jusqu’au cimetière où il est enterré. balade charmante à travers ponts, parcs et jardins baroques, on trouve la paix, mais pas Dürer. la tombe, ne contiendrait, à priori, plus aucune trace de lui.

Lire la suite sur la magazine papier >> où trouver le mag

Written By
More from Couleur Nice

Edito #31 – La culture, antidote à la violence

La culture, antidote à la violence « Vous n’êtes pas faits pour...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *