Mon image en lumière, un coaching haut en couleurs

Mon image en lumière, un coaching haut en couleurs

Texte : Caroline Audibert – Photos :  Jean-Marc Nobile

Au premier rendez-vous avec mon « coach en image »,

j’arrive avec bien des a priori. Le coach, cet indispensable allié de la femme moderne en quête d’une identité perpétuellement remodelée, emportée par un flot d’images normées ? Je serais plutôt du côté des résistantes au culte marketing de la beauté. C’est en ruminant mon indignation contre le diktat de l’image que je prends place aux côtés de Pascale Loko. Une belle brune à la peau mate, sobrement maquillée, vêtue d’un pull prune à pois, montée sur de longues jambes que terminent des bottines noires. De sa personne émane l’image d’une femme élégante, sans artifice, et surtout, rayonnante.

Je pose prudemment ma valise de préjugés.

Autour d’un thé Oolong, elle me questionne. Moi qui m’attendais à subir un « photoshopage » en quelques clics, il semble qu’il y ait eu méprise : « Ce qui importe à mes yeux, c’est la cohérence de l’image d’une personne », m’explique-t-elle. « Je peux dire que j’ai été un mannequin indocile et je ne connais que trop le revers de la mode. Elle est là pour nous inspirer et non pour faire de nous des produits ! »

Elle devance mes questions et poursuit : « Mon rôle est d’accompagner la personne à son rythme dans une douce évolution. Le but est qu’elle parvienne à s’exprimer pleinement à travers son image ». On crève la surface du papier glacé pour atteindre les strates plus profondes de l’estime de soi et de l’ouverture aux autres. « Superficiels — par profondeur », disait Nietzsche des Grecs, génies de l’apparence.

L’image qui se dégage de nous nous correspond-elle ? En sommes-nous maîtres ? Nous cachons-nous derrière un masque qui finit par nous coller à la peau ? Notre apparence nous appartient-elle ou nous trahit-elle ?

Une fièvre existentielle me prend tout à coup. Connais-toi toi-même, disait un philosophe…

Faites vos jeux

Fort heureusement, mon coach a sorti un questionnaire de dix pages et affiche un sourire confiant. Elle « sait », me dis-je. Pendant deux heures, je me prête avec zèle au

« bilan d’image », pierre angulaire du programme qu’elle a mis au point au fil des ans. Ma personnalité passe au crible de ses interrogations qui vont bien au-delà de l’inventaire de la trousse de beauté. Comment me définir ? Ma vision de la femme ?! Comment mon entourage me perçoit et cette perception me paraît-elle juste ?…

Tags from the story
, , ,
Written By
More from Couleur Nice

COULEUR AUTHENTIQUE #30 – L’Atelier du Croco, l’art et la matière

L’ATELIER DU CROCO L’ART ET LA MATIERE L’ATELIER DU CROCO EST PASSE...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *