La sélection de la rédaction #31 – Été 2017

La sélection de la rédaction #31 – Été 2017

 

Nice 2017. Écoles(s) De Nice

Après Un été pour Matisse et Promenade(S) des Anglais, la Ville de Nice propose une programmation estivale de quatre expositions à l’occasion du 70e anniversaire de la création de l’École de Nice et du 40e anniversaire de l’exposition À propos de Nice au Centre Pompidou en 1977. Ce programme rassemble des oeuvres issues des collections municipales auxquelles s’ajoutent les prêts exceptionnels consentis par une centaine de musées, d’institutions, parmi les plus prestigieux, dont le Centre Pompidou et le Centre National des Arts Plastiques, et de collectionneurs particuliers de France et d’Europe.

Au Musée Masséna, Jean-Jacques Aillagon, commissaire de l’exposition Nice à l’école de l’histoire, propose d’explorer les moments où Nice a été au rendez-vous de l’histoire du monde. C’est ainsi qu’au fil d’une vaste chronologie allant de « l’invention du feu », sur le site de Terra Amata,  à « l’invention du tourisme », en passant par la conquête romaine ou  les invasions barbares, une galerie du temps propose aux visiteurs un parcours surprenant dans l’histoire de Nice et de son territoire.

Avec À propos de Nice : 1947-1977, le MAMAC propose une traversée spéculative du phénomène d’émulation qui s’est manifesté à Nice sur près de trois décennies. Au-delà des récits chronologiques, l’exposition conçue par Hélène Guenin, directrice du musée, déploie une constellation de gestes et pratiques apparus sur ce territoire et met en lumière des lieux ou événements phares qui ont jalonné l’aventure artistique que fut l’École de Nice.

Galerie des Ponchettes, Noël Dolla. Restructurations spatiales revient sur les interventions et propositions à l’échelle du paysage dans l’arrière-pays niçois, formulées par l’artiste à partir de l’automne 1969, à travers des documents et photographies mais également une intervention in situ.

Sous l’égide de la commissaire Marie Maertens, The Surface of the East Coast From Nice to New York, présente au 109, récemment inauguré, un dialogue entre les acteurs historiques de Supports/Surfaces et la jeune scène new-yorkaise. À nouveau se posent les questions de construction et reconstruction du tableau que soulevait le mouvement à la fin des années 60.

www.ecolesdenice2017.nice.fr

Raoul Dufy, les couleurs du bonheur

Le musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman consacre son exposition d’été à Raoul Dufy. Cocteau accueille donc Dufy qui, comme lui, a aboli les frontières des arts pour s’engager dans la peinture, la céramique, la tapisserie, la mode, le théâtre ou l’édition. L’ensemble réuni ici obéit au principe de la collection particulière. Il fait surgir le sens d’un regroupement d’oeuvres, inspiré par une fidélité à l’artiste comme à son parcours, où les chemins de traverse comptent autant que les axes majeurs.

Tous les thèmes chers à Dufy sont représentés : régates, concours hippiques, décors, fêtes, fleurs, paysages, tissus imprimés pour Paul Poiret et la maison Bianchini-Férier… dans une grande variété de techniques : peinture, aquarelle, dessin, gravure et céramique. Rien ne manque dans cet hommage à un artiste épris du plaisir de peindre et dessiner.

2, quai de Monléon, Menton – www.museecocteaumenton.fr.

Quinzième festival du peu à Bonson

À l’heure où l’atypique invasion artistique du village de Bonson se renouvelle pour la quinzième fois, ce dont nous sommes sûrs, c’est qu’un esprit persiste et que, même lorsqu’on aura tout oublié, il devra forcément en rester « un peu quelque chose… »  Mêlant les générations et les préoccupations artistiques, ce parcours témoigne de la permanence des questions liées à la signification de l’œuvre d’art et des différences possibles quant à sa perception. Les artistes traquent volontiers les signes, s’emparent de traces et les recyclent dans une œuvre qui apparaît alors comme une transcription recomposée d’une réalité, tout en portant la marque unique de son créateur. (suite page 11)

Les propositions de 2017 font la part belle à la recherche pure ou s’épanouissent dans la tentation esthétique, obéissant à des logiques rigoureuses sans exclure un esprit plus ouvertement ludique. La variété des disciplines abordées et des moyens utilisés reflète cette ouverture : le design, le verre, le graff, la peinture, la photographie, le dessin, la sculpture, l’installation, la vidéo… sont en effet les terrains explorés par les artistes présentés.

Au-delà des biographies et des parcours individuels, leur réunion offre aujourd’hui deux versants représentatifs d’une même réalité, celle des créateurs originaires de la région et qui en ont franchi les limites, comme celle des artistes venus d’ailleurs mais dont le destin s’est partiellement forgé ici avant de rayonner à nouveau à partir de nos rivages.

Du 30 juin au 16 juillet, Bonson – www.festivaldupeu.org

Nice Jazz Festival, pour les amis et pour les pitchouns

Tous les étés, le Nice Jazz Festival met à l’affiche les plus grands noms de la musique ,sur les scènes du Théâtre de Verdure et de Masséna. Mais les à-côté de la programmation « Off » ne sont pas à négliger…

Ainsi, grâce au label On Stage, le meilleur du jazz d’hier, d’aujourd’hui et de demain sera proposé par les artistes niçois ou résidents à Nice. Rendez-vous est donné sur les collines de Bellet, sur les marchés et même dans le tramway !

Pour que les concerts existent, il faut que cette musique perdure, – le jazz a plus de cent ans – et que son public se renouvelle. Il est important d’initier les pitchouns dès leur plus jeune âge afin qu’ils se familiarisent avec cet univers entre tradition et modernité et de permettre à tous les enfants d’accéder à la culture, même lorsqu’ils sont hospitalisés. Ainsi, le groupe Bakasaks se produira à l’hôpital Lenval pour présenter une création artistique multidisciplaire en temps réel, ou soundpainting. Une expérience forte qui marquera sans aucun doute l’esprit des petits.

Toujours dans un esprit de partage, le label Friends, lui, rend hommage aux lieux de musique qui contribuent à une belle dynamique culturelle à l’année. La Ville de Nice constitue un véritable vivier de talents, artistes comme programmateurs d’événements, qui permettent aux mélomanes de découvrir la cité autrement. Ainsi, du mercredi 21 juin au vendredi 21 juillet, tous les Niçois pourront se mettre au diapason du festival en fréquentant un des 30 établissements Friends du Nice Jazz Festival. Cette année, 100 groupes azuréens ont répondu présents à l’invitation du label.

Du 17 au 21 juillet, Nice
www.nicejazzfestival.fr.

Ressources : nouvelle formule dès la rentrée prochaine !

Après la sortie de son sixième numéro début 2017, le magazine azuréen du développement durable, lancé en septembre 2015, passe un tour au profit d’une formule repensée. Soutenu par l’État français en sa qualité de « média d’information de proximité », le titre reste fragile eu égard à son parti pris d’indépendance. Pour garantir la sortie du numéro 7 dans les meilleures conditions, une opération de pré-achat sur le modèle des Amap a été lancée en mai dernier. Pour pré-acheter ce numéro dont le dossier est dédié à l’action citoyenne rendez-vous sur www.ressourcesmagazine.fr

Written By
More from Couleur Nice

PALAIS BOHÊME

Une nouvelle boutique dans le quartier niçois en vue où se côtoient,...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *